Dépêche AFP

Les “conditions juridiques nécessaires” ne “semblent pas réunies” pour confier le mégafichier des données de santé françaises “à une entreprise non soumise exclusivement au droit européen”, a estimé vendredi l’Assurance maladie, désignant ainsi implicitement Microsoft.